04 septembre 2008

L'essentiel

C'est d'être aiméLe reste importe peu, la seule véritéC'est compter pour quelqu'unquoiqu'il puisse arriverC'est entrer dans son coeur et n'en sortir jamais C'est recevoir autant qu'on aimerait donnerNe plus s'appartenir, en être rassuréC'est voir la joie de l'autre et fondre de bonheurMériter sa confiance et devenir meilleur L'essentielC'est d'être aiméContrairement à tout ce qu'on peut raconterCe n'est pas la fortune ou la célébritéQui ne sont que du vent et ne font que passer je crois que l'important est fait de petits... [Lire la suite]
Posté par chrisch2 à 11:09 - - Commentaires [12] - Permalien [#]
Tags :

18 juillet 2008

L'ordinateur et l'éléphant

Parce qu'il perdait la mémoireUn ordinateur alla voirUn éléphant de ses amis :- C'est sûr, je vais perdre ma place,Lui dit-il, viens donc avec moi.Puisque jamais ceux de ta raceN'oublient rien, tu me souffleras.Pour la paie, on s'arrangera. Ainsi firent les deux compères.Mais l' éléphant était vantard :Voilà qu'il raconte ses guerres,Le passage du Saint Bernard,Hannibal et Jules César... Les ingénieurs en font un drame :Ce n'était pas dans le programme !Et l'éléphant, l'ordinateurTous les deux, les voilà chômeurs. De morale je ne... [Lire la suite]
Posté par chrisch2 à 12:49 - - Commentaires [8] - Permalien [#]
Tags : ,
15 mai 2008

Balade

Un lit de rivièreBordée d'aulnesTraverse la vallée A la sortie d'un sous-bois,Des rochers centenairesCréent des gradins fragiles Un amphithéâtre éclot des originesOù grandit cet indéfectible lienentre l'homme et la nature Naji Okba         
Posté par chrisch2 à 18:17 - - Commentaires [7] - Permalien [#]
Tags :
24 mars 2008

Le printemps est... arrivé !

Maurice CAREME a écrit : ÉTRANGE MOIS D'AVRIL hier soir, il tombait de la pluie.Avant-hier, c'était de la neige Il pleut du soleil aujourd'hui.Demain, ce sera de la grêle, Du brouillard, du vent, du grésil,Des violettes, des abeilles, Des plumes pour les nids, que sais-je !En cet étrange mois d'avril Il faut vraiment s'attendre à tout.que dis-je ! revoilà l'ondée Et, là-bas, au-dessus des houx,un premier lambeau d'arc en ciel. Tiens ! il pleut des chants de coucou,Il n'y a jamais que les... [Lire la suite]
Posté par chrisch2 à 10:32 - - Commentaires [9] - Permalien [#]
Tags :
04 mars 2008

Homonymes

C'est Maurice Carême qui le dit.
Posté par chrisch2 à 12:10 - - Commentaires [4] - Permalien [#]
Tags :
28 février 2008

le réveil du chat

tous les dimanche matin à 6h30 précises Kiwi pense qu'elle doit accomplir une mission de la plus haute importance : réveiller notre fille. Ces réveils intempestifs et répétitifs lui ont inspirés ce poème :
Posté par chrisch2 à 10:11 - - Commentaires [12] - Permalien [#]
Tags : ,

25 février 2008

merci

Un grand merci pour vos messages de sympathie, je vais répondre individuellement à chacun.
Posté par chrisch2 à 13:03 - - Commentaires [3] - Permalien [#]
Tags :
20 décembre 2007

Hiver

          Hiver, vous n'êtes qu'un vilain.Été est plaisant et gentil :En témoignent Mai et AvrilQui l'escortent soir et matin. Eté revêt champs, bois et fleursDe son pavillon de verdureEt de maintes autre couleursPar l'ordonnance de Nature. Mais vous, Hiver, vous êtes trop pleinDe neige, vent, pluie et grésil ;On vous doit bannir en exil !Sans point flatter, je parle plain :Hiver, vous n'êtes qu'un vilain. Charles D'Orléans
Posté par chrisch2 à 19:16 - - Commentaires [1] - Permalien [#]
Tags :
29 novembre 2007

L'enclos

je dédie ce poème d'Emile Verharen à une grenouille qui va se reconnaître ! Quatre fossés couraient autour de l'enclos. Or,Quand le soleil de mai, brûlant l'air de ses flammes,Sabraient leur eau dormante avec toutes ses lames,la ferme s'allumait d'un encadrement d'or. Ils s'étendaient, plaqués au bord de mousse verteEt de lourds nénuphars étoilant le flot noir.Les grenouilles venaient y coasser, le soir,L'oeil large ouvert, le dos enflé, le corps inerte Des canards pavoisés y nageaient fiers et lents,Des... [Lire la suite]
Posté par chrisch2 à 13:14 - - Commentaires [11] - Permalien [#]
Tags : ,
21 novembre 2007

Le lait des chats

Les chats trempent leur langue roseAu bord des soucoupes de lait ;Les yeux fixés sur le souffletLe chien bâille en songeant, morose Et tandis qu'il songe et reposePrès de la flamme au chaud reflet,Les chats trempent leur langue roseau bord des soucoupes de lait. Dans le salon, seul le feu glose ;Mère-grand dit son chapelet,Suzanne dort sur un ourlet,Et dans le lait, paupière closeLes chats trempent leur langue rose. Charles GUÉRIN
Posté par chrisch2 à 16:37 - - Commentaires [11] - Permalien [#]
Tags :